Prix Projets de recherche L'interaction entre la sensibilité au plaisir et la capacité d'inhibition est-elle un facteur prédictif de l'autorégulation et du risque de surpoids chez l'enfant ?

Année 2012
Auteur Valérie Godefroy
Centre de recherche Laboratoire de psychologie, Université Paris Ouest Nanterre
Thème Comportement alimentaire
Type Projets de recherche

Le lien entre surpoids/obésité et mauvaise capacité d’autorégulation des apports alimentaires en fonction des besoins énergétiques n’est plus à démontrer, chez l’adulte comme chez l’enfant. Cette capacité d’autorégulation des prises alimentaires est opérante de manière innée chez le très jeune enfant , mais tend à se dégrader avec l’âge.

L'hypothèse générale du projet est que le plaisir à manger (Wanting vs Liking) et la capacité d’inhibition des envies (Inhibitory Control), composantes neuro-psychologiques en partie sous l’influence des pratiques parentales de restriction et de pression à manger, interviennent, indépendamment ou en interaction, dans la dégradation de la capacité d’autorégulation chez l’enfant.

Ainsi, cette étude vise-t-elle à établir les liens entre : IMC, Prises alimentaires, Capacité d’autorégulation, Sensibilité au plaisir alimentaire, Capacité d’inhibition des envies et Pratiques éducatives, sur une population d’enfants âgés de 6 à 10 ans, à l’aide d’outils validés (une phase par questionnaires, une phase par expérimentation). Les données seront soumises à une analyse structurale (SEM) afin de tester les liens multiples du modèle proposé. L'objectif vise à identifier certains facteurs de risque de surpoids chez l’enfant, au-delà de la simple adaptation des prises alimentaires aux besoins, en termes de plaisir à manger, de capacité d’inhibition et de pratiques éducatives.

Objectif

Dans un contexte de forte croissance de l’obésité infantile, notamment en Europe, il est d’utilité publique de mieux comprendre certains facteurs d’ordre neuro-psychologique intervenant dans le développement du surpoids chez l’enfant.

L’objectif global du projet est de proposer et valider un modèle contribuant à expliquer le risque de surpoids/obésité chez l’enfant, en s’intéressant à l’impact de la sensibilité au plaisir et de la capacité tempéramentale d’inhiber ses envies sur la capacité d’autorégulation, en lien avec des consignes de consommation restrictives.

De manière plus précise, les objectifs sont :

  • d’ordre conceptuel : proposition d’un modèle de compréhension de certains facteurs de risque du surpoids chez l’enfant, alliant des données physiologiques et des données psychologiques;
  • d’ordre méthodologique : après une phase par questionnaires, validation d’un protocole expérimental prenant appui sur des outils existants mais adaptés à une population d’enfants observés dans un contexte contrôlé.

Etapes successives et avancement des travaux

Phase 1 : Conceptualisation du modèle

Etablir un modèle hypothétique détaillant les relations entre les différentes variables en s'appuyant sur une recherche bibliographique au sein des bases de données MedLine et Psychinfo.

Phase 2 : Validation du modèle par questionnaires

Tester le modèle proposé en phase 1 à l’aide d’une méthode par questionnaires, afin de le valider en y apportant d’éventuelles corrections.
Recrutement de 250 enfants de 6 à 10 ans au sein d’établissements scolaires issus de zones économiquement peu favorisées. Compilation et analyse statistique de questionnaires adressés aux parents et de questionnaires remplis par les enfants en classe.

Phase 3 : Validation du modèle par expérimentation

Tester le modèle validé en phase 2 par une méthode expérimentale, en faisant correspondre à chaque questionnaire proposé en phase 2, une tâche expérimentale en phase 3 sur  60 enfants de 6 à 10 ans suivis dans un centre de vacances recevant des enfants de parents peu favorisés sur le plan économique.