Prix Jean Trémolières Les préadolescents comme ressorts des actions de santé publique

Année 2014
Auteur Aurélie Maurice
Centre de recherche Université René Descartes (Paris), Département des Sciences de l'Education
Thème Sociologie, pratiques alimentaires
Type Jean Trémolières

Dans un contexte national de politique nutritionnelle visant entre autres à réduire la prévalence de l’obésité, des actions locales sont mises en place. Ce sont de telles actions que cette thèse se propose d’analyser à travers la façon dont des préadolescents se réapproprient un projet d’éducation alimentaire se déroulant dans leur classe. En prenant le point de vue des préadolescents, l’auteur cherche à comprendre les processus en jeu dans la réception, la réutilisation dans différents contextes (en classe, à la cantine, dans la cour) et la diffusion au sein de la famille du projet. Une enquête ethnographique a été menée dans deux collèges différents d’un point de vue socio-économique mettant en place un projet d’éducation alimentaire dans une classe de cinquième. Grâce à des observations participantes du groupe-classe au collège et à des entretiens semi-directifs dans les familles, nous avons pu reconstituer des configurations singulières permettant de dégager un cadre interprétatif de l’adoption ou non d’une attitude de messager du projet au sein de sa famille. Nos résultats montrent le rôle central joué par le groupe de pairs dans la réceptivité des préadolescents au projet. Les deux collèges se différencient quant à l’image du projet au sein de la classe : le projet est beaucoup moins bien perçu par les élèves dans le collège défavorisé. Cette image plus négative explique en partie pourquoi un moins grand nombre d’élèves de ce collège adoptent une attitude de messager dans leur famille. Ainsi, l’effet du groupe de pairs se fait sentir jusque dans la sphère familiale.

Mots-clés

Préadolescence, éducation à la santé, alimentation, milieux sociaux