Prix Jean Trémolières Le Four et le Snack - Essai sur les mutations des sensibilités alimentaires en France (de 1960 à 1980)

Année 1986
Auteur Pascale Pynson
Centre de recherche EHESS, Paris
Thème Sociologie, pratiques alimentaires
Type Jean Trémolières

Type de document

Thèse de Doctorat en Sciences Sociales

Responsable de thèse

J.P. Aron

 

Depuis la fin des années cinquante, l’alimentation quotidienne des Français a connu de profonds bouleversements. Les grandes surfaces offrent aujourd’hui des gammes de produits que nos grands-parents ne pouvaient seulement imaginer : de la mangue à la langouste de Cuba, l’exotisme s’est démocratisé. La modernisation de l’équipement ménager répond aux nouvelles apparences de l’objet alimentaire : surgelé, lyophilisé, en pack, en briques, en boîtes, les Français, fiers de leurs traditions gastronomiques, adoptent avec enthousiasme les fruits d’une industrie agro-alimentaire toujours plus performante. Le doute, pourtant, plane dans les cuisines. Les plaisirs du corps, vantés par notre société permissive, se heurtent à la recherche éperdue de la forme (et non des formes…). La « nouvelle cuisine » rallie les principes fluctuants des régimes-minceur et le culte voué aux terroirs perdus… L’histoire des transformations, le résultat d’enquêtes et d’observations minutieuses sur le comportement alimentaire des Français chez eux ou dans les lieux multiples de la restauration sont retracés dans ce travail. L’analyse du discours médical sur les régimes alimentaires succède à celle du « caddie » des années quatre-vingt avec ses plats-minute et ses portions individuelles allégées. Le dépouillement systématique de revues comme Elle et Modes et Travaux met en scène les images changeantes du corps et les impératifs diététiques de la séduction. Régionale et parfois sectaire, la France gourmande maintient des différences culinaires et gastronomiques qui ne sont pas seulement sociales et économiques…