Prix Projets de recherche Comportement alimentaire : effets combinés de l’IL7 et d’un stress chronique.

Année 2006
Auteur Odile Viltart
Centre de recherche Laboratoire d’accueil : Laboratoire de NeuroImmunoEndocrinologie, Institut Pasteur de LILLE. (Responsable du laboratoire : Dr Isabelle WOLOWCZUK)
Thème Comportement alimentaire
Type Projets de recherche

Etat de la question

Le rôle de certaines cytokines dans le comportement alimentaire et « l’homéostasie énergétique » est maintenant clairement défini, tant chez l’animal que chez l’être humain. Leurs effets s’exercent dans le système nerveux central, au niveau hypothalamique où différents noyaux, dont le noyau arqué, régulent la prise de nourriture et de poids. Il a récemment été montré que l’interleukine7 (IL7), cytokine majeure du système immunitaire, participe également au contrôle de « l’homéostasie énergétique ». Des données concernant l’IL7, permettent de supposer qu’elle intervient dans le comportement alimentaire et le contrôle du poids corporel.

But du travail / hypothèse / objectif

Déterminer comment agit l’IL7 dans des situations particulières telles que le stress et / ou une situation de choix alimentaire. Ce projet fait suite aux travaux menés dans le laboratoire où il a été montré qu’en condition basale, l’IL7 pouvait empêcher la prise de poids. Durée du projet prévue : 12 mois.

Résultats attendus / obtenus et valorisation

  • Expérience 1 : Après une situation de jeûne, les souris témoins devraient accroître de façon drastique leur prise alimentaire, alors que celles traitées à l’IL7 devraient avoir une prise alimentaire inférieure. Le rapport peptides orexigènes / anorexigènes devrait être plus bas chez les souris traitées par l’IL7
  • Expériences 2 et 3 : Plan comportemental : le traitement par l’IL7 devrait prévenir une consommation excessive de saccharose. Effet qui serait exacerbé par le stress chronique. Plan métabolique : difficulté de présager les effets sériques à court terme (Exp. 2). Sur le long terme (Exp. 3), une prise de poids plus marquée chez les témoins est envisagée, ainsi qu’une hyperglycémie associée à une augmentation des triglycérides. L’IL7 pourrait atténuer ces variations. Enfin, une élévation du taux de corticostérone est possible dans les groupes sous stress chronique. Plan neurobiologique : suspicion d’une altération de l’équilibre entre les peptides orexigènes et anorexigènes. L’IL7 pourrait protéger des effets délétères de concentrations élevées de corticostérone, observées en situation de stress. L’injection d’IL7 provoquerait ainsi une activation neuronale différentielle dans les régions cérébrales impliquées aussi bien dans le comportement alimentaire et dans la régulation du stress, que celles modulant l’aspect motivationnel de la prise de saccharose.

Etapes successives et avancement des travaux

Etude chez des souris sauvages, traitées ou non avec l’IL7 et des souris surexprimant l’IL7.

  • Expérience 1 : Effet de l’IL7 sur la prise alimentaire après un jeûne prolongé. Etude des paramètres morphologiques et de la prise alimentaire, analyses sanguines, analyse d’échantillons d’hypothalamus (recherche de l’expression de peptides orexigènes et anorexigènes)
  • Expérience 2 : Influence de l’IL7 sur la consommation d’aliments appétants (solution de saccharose). Analyses sanguines et analyse cérébrale (prélèvements de tissus frais étudiés comme précédemment, prélèvements de tissus fixés pour analyse immunohistochimique détectant l’expression du gène FosB, témoignant d’une activation neuronale).
  • Expérience 3 : IL7, stress chronique (différentes modalités sur 7 semaines) et préférences alimentaires. Etude des paramètres morphologiques et de la prise alimentaire, analyses sanguines et cérébrales (identiques à celles de l’expérience 2).

Conclusions et perspectives

Ce travail et les perspectives inhérentes aux expériences qui seront menées, placeront de manière plus précise l’IL7 à l’interface entre système nerveux central, système immunitaire et tissu adipeux. A plus long terme, les connaissances acquises sur ce sujet permettront de mieux appréhender les dysfonctionnements observés dans certaines maladies telles que le SIDA où coexistent des taux élevés d’IL7, des lipodystrophies et la dépression.

Communications

Viltart O., Macia L., Delacre M. and Wolowczuk I. Central control of food intake by interleukin-7. IBRO World Congress of Neuroscience, Melbourne, Australie, Juillet 2007. Communication affichée.

Viltart O., Delacre M., Verwaerde C., Macia L., Wolowczuk I. Central Interleukin-7 modulation of food intake and food preference. Keystone Meeting, Neuronal Mechanisms Controlling Food Intake, Glucose Metabolism and Body Weight, Fairmont Banff Springs, Banff, Alberta, Février 2008. Communication affichée.

Viltart O., Macia L., Delacre M., Verwaerde C., Wolowczuk I. Interleukine-7 et comportement alimentaire. Congrès de la Société de NeuroEndocrinologie Expérimentale Strasbourg, France, Septembre 2008. Communication orale.

Publications en préparation :

Macia L., Delacre M., Wolowczuk I., Viltart O. Effect of Interleukine-7 on refeeding after fasting: a central effect ? In preparation.

Viltart O., Delacre M., Wolowczuk I., Verwaerde C. Incidence of interleukine-7 on sucrose preference. In preparation.

Viltart O., et al. Does stress modify food preference in chronic stressed mice ? In preparation.