Prix Projets de recherche Apports de la remédiation cognitive dans la prise en charge de l'anorexie mentale

Année 2012
Auteur Sylvie Berthoz
Centre de recherche INSERM U669, Maison de Solenn – Cochin, Paris
Thème Comportement alimentaire
Type Projets de recherche

L’anorexie mentale (AM) est une pathologie sérieuse nécessitant le développement de nouvelles approches thérapeutiques. Les modèles étiologiques et de maintien de l’AM mettent en cause le perfectionnisme et la rigidité cognitive. Des méta-analyses ont mis en évidence un déficit de flexibilité chez ces patientes, ainsi qu’un manque de cohérence centrale. Dans la schizophrénie, il a été montré que le fonctionnement neuropsychologique pouvait s’améliorer par une technique de remédiation cognitive (CRT). La CRT dans l’AM a été proposée par l’équipe anglaise du Maudsley, et concerne plus spécifiquement sur les déficits cognitifs mis en évidence dans l’AM. Contrairement à la plupart des modalités de prise en charge de l’AM, la CRT incite les patients à identifier et remettre en question leurs styles cognitifs, par un entraînement cérébral intensif, plutôt que de cibler directement la symptomatologie alimentaire.

Les premiers résultats publiés sur un effectif limité suggèrent une amélioration du fonctionnement neuropsychologique ainsi qu’une meilleure alliance thérapeutique. Ces résultats doivent être confirmés dans une population plus importante, en comparaison avec une thérapie contrôle. Par ailleurs, les différences d’efficacité en fonction du sous-type d’AM (restrictif vs boulimique) n’ont jamais été précisées.

Les objectifs de cette étude sont d’évaluer l’efficacité de la CRT adaptée en français dans l’AM, en comparaison avec une thérapie contrôle (TC), ainsi que de rechercher une différence d’effet selon le sous-type d’anorexie. Cent-vingt patientes anorexiques (60 restrictives et 60 boulimiques) seront recrutées dans 3 centres parisiens spécialisés dans la prise en charge des Troubles des Conduites Alimentaires. Dans chaque groupe, les patientes seront randomisées : la moitié d’entre elles bénéficiera de la CRT, l’autre moitié de la TC. Le critère de jugement principal est le score de Morgan & Russell à 6 mois et à 1 an. Le fonctionnement neuropsychologique sera évalué avant et après le programme. De plus, la symptomatologie alimentaire et anxio-dépressive seront évaluées avant et après les séances.

Objectif

La principale spécificité de ce projet est de mener une étude comparative de deux groupes d’anorexiques suivant ou non la CRT afin de confirmer l’efficacité de cette thérapie sur l’amélioration de l’état clinique, en fonction du sous-type d’anorexie. Enfin, la présente étude inclura également des adolescentes.

L’objectif principal de ce projet est donc de tester, dans un essai randomisé avec sessions actives vs contrôles, l’efficacité thérapeutique de la Thérapie de Remédiation Cognitive (CRT, telle que manualisée par le Maudsley, Institut de Psychiatrie, Londres, UK) dans l’Anorexie Mentale sur le fonctionnement cognitif à court terme (1 semaine après la fin de la thérapie) et l’état clinique à moyen terme (à 6 mois et 1 an).

L’objectif secondaire du projet est d’explorer dans quelle mesure l’efficacité sur le fonctionnement cognitif et l’état clinique est comparable en fonction du sous-type Restrictif ou Boulimique de l’Anorexie.

Etapes successives et avancement des travaux

Après une visite d’inclusion (pour la signature du consentement et la randomisation), un rendez-vous pour l’évaluation T0 sera prévu dans un délai d’une semaine maximum.

Les examens à T0 et T0+6S (entretiens, évaluations, tests neuropsychologiques), de même que lessessions de thérapies, seront pratiqués dans l’unité d’hospitalisation où la patiente est prise en charge (dans un bureau de consultation ou dans la chambre de la patiente, si cette dernière est en chambre seule).

Pour la passation de la MRS à T0+6M, les patientes seront évaluées lors d’une consultation de suivi ou par téléphone.

Pour les examens à T0+1an (entretiens, évaluations), il sera proposé aux patientes de venir rencontrer leur évaluateur initial dans l’un des trois centres en fonction de ce qui leur conviendra le mieux : Paul Brousse, Institut Mutualiste Montsouris, ou Maison de Solenn.